2023, j’ai 40 ans.

On dit que la vie fonctionne par cycle de 7 ans. 2016 est pour moi un nouveau cycle qui commence après 7 ans à Rouen et 7 ans à Lyon. C’est l’occasion de m’interroger et d’imaginer où j’en serai de ma pratique professionnelle dans les années à venir et pourquoi pas tous les 7 ans.

2023, j’ai 40 ans.

Cela fait 2 ans que je suis élue à l’URPS de ma région. Et oui aux élections de 2020 ReAGJIR a pu présenter des listes puisque les remplaçants ont pu voter et se présenter. Les élections URPS ont eu lieu avec pour la première fois 2 syndicats mono catégoriels de médecine générale. Cela a enrichi les débats et la confrontation des idées a permis quelques avancées majeures avec des répercussions immédiates sur le terrain. Je vais y revenir.

Donc j’ai bientôt 40 ans, j’attends mon troisième enfant. Mon congé maternité vient de débuter. J’ai dû être arrêtée un peu avant. La voiture, le piétinement… Cela fait déjà 1 mois que je suis arrêtée. La CPAM couvre cet arrêt. Encore heureux parce que vu comment s’est passée ma précédente grossesse ma prévoyance privée m’a exclu pour le risque grossesse pathologique. Et oui arrêtée dès le 2ème trimestre pour MAP ils n’ont pas trop aimé. Il a fallu 5 ans pour qu’une annonce faite en 2016 voit le jour…

Bref je suis à la maison. Au cabinet j’ai une remplaçante qui s’occupe de mes patients c’est une perle. Elle connaît bien le cabinet et les patients puisqu’elle était en SASPAS chez un de mes collègues il y a 2 ans au moment où j’ai intégré le cabinet. Elle a fini son internat il y a 1 an en soutenant sa thèse brillamment. Je ne suis pas très objective, j’étais sa directrice de thèse. Elle a fait un travail prospectif sur les consultations pour pathologies chroniques. Avec le logiciel informatique elle a pu analyser leur fréquence, les pathologies concernées et montrer une augmentation franche du temps qu’on y consacre.

Le cabinet justement parlons-en. J’ai rejoint il y a 2 ans mes collègues de la maison de santé. 3 cabinets médicaux où se relaient 6 médecins (associés et collaborateurs) nous accueillons également 1 externe, 1 interne en stage de niveau 1 et un SASPAS. Au final dans chaque cabinet il y a toujours un interne ou un étudiant. Les patients sont habitués. Ils s’étonnent même quand le médecin consulte seul. Je crois qu’ils aiment bien voir les étudiants. Ils disent que ça les rassure de voir que la relève est assurée…

En plus des médecins il y a les kinés et les infirmières qui se relaient pour être présents au cabinet. Eux aussi sont le plus souvent accompagnés d’étudiants. Ça fait beaucoup de monde. Il ne faut pas oublier nos secrétaires. Sans elles c’est sûr rien ne roulerait…. Bien sûr ce n’est pas toujours facile de se mettre d’accord mais quelle satisfaction quand nous y arrivons. Notre MSP a intégré il y a peu un PARC (Projet Ambulatoire de Recherche Clinique). C’est un de mes collègues kiné qui nous a lancé dans le projet. Il est très investi dans la fac de kiné. D’ailleurs, ce projet nous a permis de recevoir la labellisation de Maison de Santé Universitaire. Notre prochain projet est de développer un deuxième programme d’éducation thérapeutique. A l’heure actuelle tous les mercredis après midi nous proposons un temps d’ETP à nos patients diabétiques de type 2 en fonction des thèmes, nous animons à tour de rôle ces moments d’échange. Là l’idée est de monter un programme autour de la parentalité.

Pour revenir sur l’organisation du cabinet nous avons adopté une organisation qui a fait ses preuves depuis longtemps : tous les matins un médecin assure à tour de rôle les consultations d’urgence du jour. Il a également une plage de consultation pour cela en fin de journée jusqu’à 19 heures. Les autres médecins quittent le cabinet au maximum à 18 heures. Une garde médicale est organisée dans un cabinet de consultation lié à l’hôpital du secteur. Le samedi nous sommes à tour de rôle au cabinet. Comme tous mes collègues je travaille 3 jours par semaine. Je travaille également 1 journée à la fac où je participe à des enseignements pluri-professionnels. Comme vous savez compter vous avez remarqué qu’il manque une journée. Elle est libre ou plutôt remplie de ma vie personnelle.

Je ne parle pas des patients et pourtant ils sont au coeur de nos journées. Depuis que je suis arrivée je les ai vus changer. Ils prennent en main leur santé et participent activement aux projets de la maison de santé… Les consultations sont sereines et de plus en plus toutes justifiées.

Réalité ou fiction ? En tout cas c’est comme cela que je vois mon exercice dans 7 ans.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *